Imprimer cette pageEnvoyer à un ami Partager cette page Flux RSS

Hydraulique

Le barrage de Sainte-Croix du Verdon : une centrale hydroélectrique qui produit 142 millions de kWh par an.

L'eau est la première des énergies renouvelables exploitées par EDF pour produire l’électricité dont vous tous, nos clients, avez besoin.

En France, 6% de l'électricité produite par le Groupe provient en effet de l'énergie hydraulique. En France et à l'international, celle-ci fait l'objet d'un programme de développement et d'investissements.

Avec plus de 20 000 MW de puissance installée sur notre territoire, EDF est le premier fournisseur d'énergie hydraulique de l'Union européenne. Respectueuse de l'environnement, l'hydroélectricité ne participe pas à l'augmentation de l'effet de serre ni à la pollution de l'air, n'émettant ni CO2, ni gaz polluants.

Grâce à la complémentarité de ses ouvrages, EDF utilise l'énergie hydroélectrique « en base » ou pour répondre aux pics de consommation. Une fois mise en route, une centrale hydraulique peut en effet atteindre sa puissance maximale en quelques minutes seulement.

Le parc de production hydraulique français est composé de 640 barrages et 435 centrales hydroélectriques. L'âge moyen des installations est de 68 ans. Il existe une grande diversité de centrales hydrauliques.
Leur puissance va de quelques dizaines de kW à 1 800 MW, soit une puissance équivalente à celle produite par une centrale nucléaire de taille moyenne.


Une source d'électricité rentable et porteuse d'avenir

Repère

7,5 milliards de m3
C'est le volume d'eau stocké dans l'ensemble des barrages d'EDF en France.

En dépit d'un lourd investissement initial, l'hydroélectricité est une source d'énergie renouvelable rentable.

C'est aussi une énergie d'avenir :
dans de nombreux pays, le potentiel hydroélectrique n'est en effet exploité qu'à 10% ;
dans un contexte mondial de progression des besoins énergétiques, il présente incontestablement une solution adaptée.

En Europe, en 2020, 20% de la consommation d'électricité devra être issue d'énergies renouvelables ; l'énergie d'origine hydraulique entrera pour une large part dans le mix d'énergies qui y pourvoiront.
En Suisse, où EDF est présent à travers sa filiales Alpic, le développement de la capacité de production hydraulique du Groupe représente à ce titre un atout stratégique.


Nous investissons en France et à l'international

En France, EDF veille à la performance technique de ses barrages et de ses installations. Un programme de 560 M€ (SuPerHydro) a été mis en place sur la période 2007-2011 pour les moderniser.Ce budget a été réévalué et porté à 900 millions d'euros environ sur la période 2007-2015, dont 800 millions dédiés à la sûreté des installations.

Repère

En 2 minutes, l'usine de Grand'Maison (Isère - France) peut fournir une puissance de 1 800 MW, soit l'équivalent de deux réacteurs nucléaires.

EDF se donne ainsi les moyens d'en garantir à long terme la sûreté et d'améliorer la performance et la disponibilité des centrales, de plus en plus sollicitées. L'heure est aussi au développement : à Gavet (Isère - France), six anciennes centrales seront remplacées par une nouvelle unité souterraine plus puissante, dont la mise en service est prévue pour 2017. (Télécharger le dossier de presse (PDF, 606 Ko) ). EDF investit également dans la petite hydraulique.

A l'international, EDF est engagé dans de nombreux programmes de développement.
Le Groupe réalise des ouvrages d'envergure majeure :

Au Laos, EDF est le premier investisseur de Nam Theun 2, un barrage d'une puissance de 1 070 MW. EDF en est aussi l'architecte-ensemblier, depuis la conception et le choix des fournisseurs jusqu'à la construction et l'exploitation de l'ouvrage.

  •  Equipes sur le barrage.
  •  Barrage de Tolla. Vue du barrage.
  • Détail de la voûte au barrage de Tolla.
  • Vue aérienne depuis la France.
  • Vue aval de la centrale hydraulique et du barrage de Saint Pierre Cognet, GU Drac Amont.

A voir également